Développement personnel

La procrastination c’est quoi (en vérité) ??

Résoudre la question de la procrastination nécessite de bien comprendre ses mécanismes. Nous sommes tous concernés par le problème d’une façon ou d’une autre. Il existe deux types de procrastinateurs. À quel groupe appartenez-vous ? Quelle fausse information circule à ce sujet et ruine vos efforts ? La procrastination, c’est quoi en vérité ??

Préambule

J’étais tranquillement en train de préparer ma chronique sur mes 3 astuces anti procrastination, j’étais paisible et ne me doutais pas de ce qu’il allait arriver.

Comme à mon habitude, lorsque j’écris sur un thème, j’aime bien faire quelques recherches. Cela me permet bien évidemment d’étayer mes articles, mais aussi de vérifier que je ne dis pas n’importe quoi. Même sur des points semblants “faciles” je vérifie toujours.

Dans le cas de la procrastination, le sujet est relayé comme un problème de gestion du temps, de motivation ou d’organisation.

Habituée à voir ce sujet classé de cette manière quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’il en était tout autre !

Pour régler durablement la question d’ajournement des tâches, je découvrais qu’utiliser les outils de gestion du temps ne réglait pas le problème. Il faut d’abord comprendre les mécanismes en jeu.

💡  À découvrir : 5 astuces pour être zen et productif au quotidien

La procrastination c’est quoi (en vérité) ??

Les 2 profils de procrastinateurs : auquel appartenez-vous ?

La procrastination, c’est quoi
Visuel réalisé sur Canva.com

Hmm, hmm…

Je préfère vous prévenir tout de suite, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.

Les chercheurs ont identifié deux profils ayant tendance à reporter leurs affaires :

Il y a les procrastinateurs chroniques retardant leurs obligations pour des raisons émotionnelles et les procrastinateurs de situation. Ces derniers repoussent uniquement en fonction de la tâche.

La mauvaise nouvelle : la totalité de la population rentre dans l’une ou l’autre des catégories. Pas moyen d’en réchapper, c’est une caractéristique humaine.

À ce stade, vous vous dites que je suis bien sympathique (si, si je le sais), mais vous ne savez toujours pas à quel groupe vous appartenez.

Voyons tout cela un peu plus en détail pour arriver à vous situer.

➡️ Pour aller plus loin : Les 3 secrets pour en finir avec la procrastination passive

La procrastination c’est quoi (en vérité) ??

La procrastination : une malfonction émotionnelle

La procrastination, c’est quoi

Ha zut… Moi qui pensais avoir à faire à un problème de gestion du temps !

Je découvre qu’il n’en est rien. Les dernières recherches scientifiques indiquent que c’est plus un problème d’ordre émotionnel.

Un.e temporiseur (autre nom donné aux individus que nous sommes) sait très bien ce qu’il a à faire, mais n’arrive pas à se mettre en route. C’est une déficience entre l’intention et l’action.

Pour être un peu plus précise, l’humeur et le ressenti émotionnel seraient à la base de cette déficience.

➡️ La question “comment se sentir bien maintenant” prend l’avantage sur la question “comment résoudre ce problème”. Cela concerne le cerveau des procrastinateurs chroniques. Ils représentent 20 % de la population. Pour cette tranche de la population, ce comportement est une habitude, ce qui ne les empêche pas pour autant de souffrir du stress et de la culpabilité !

➡️ À savoir : l’espèce humaine en général, cherche le chemin de moindre pénibilité. C’est pourquoi la procrastination est un comportement “normal”. Elle soutient cet objectif sur le court terme !

Les procrastinateurs de situation quant à eux sont moins affectés que les premiers.

Vous vous dites que c’est une bonne nouvelle ? Je préfère vous conseiller de rester réservé avant de vous réjouir… Alors, oui c’est vrai, effectivement, ils tergiversent moins, mais ils souffrent tout autant !

Lors de circonstances (personnelles ou professionnelles) les mettant en face d’une tâche qu’ils se sentent incapables d’accomplir, ce comportement se met en place.

Ce renvoi vient d’une peur de l’échec et d’un manque de connaissance concernant la tâche en question.

C’est certainement aussi pour cela que ces temporiseurs sont rarement des inactifs. Ils sont souvent très occupés, mais sur des tâches moins importantes que celle qu’ils devraient accomplir.

La procrastination c’est quoi (en vérité) ??

L’info qui m’a ravie… (encore plus que la première)

Donc si je résume : non seulement nous sommes tous concernés, mais cela touche la partie émotionnelle (donc la plus difficile avec qui négocier…).

Mais attendez, ce n’est pas fini, je garde le meilleur pour la suite…

😱 La procrastination n’est pas sujette à l’apprentissage 😱

Or la nature nous a dotés d’un cerveau qui fonctionne par apprentissage (même si l’on ne se souvient pas de notre première brûlure on a très vite compris qu’il ne fallait pas remettre les doigts dans le feu !).

Aussi surprenante soit cette information, elle s’avère pourtant exacte. Une personne qui subit de sérieuses conséquences à cause de sa procrastination ne changera pas de comportement. Dans la très grande majorité des cas.

Et oui… les processus cognitifs à l’œuvre dans ce phénomène sont tellement puissants qu’ils outrepassent tout enseignement !

La procrastination c’est quoi (en vérité) ??

Des solutions ??

En résumé, la recherche nous dit que quel que soit le groupe auquel nous appartenons, la procrastination est une opération hautement émotionnelle.

La raison n’a donc aucune chance de l’emporter.

Lutter contre ce phénomène est bien plus efficace sur le terrain des émotions.

Ce n’est pas à votre esprit qu’il faut s’adresser, mais à votre cerveau reptilien.

Oh punaise ! Et comment fait-on ça, me suis-je dit ??

Vous z’inquiétez pas mes p’tits bouchons, j’ai trouvé des pistes ! (il va falloir arrêter avec les p’tits noms… et cette familiarité c’est insupportable à la fin !).

Un dernier point : avec les émotions, il y en a une à ne pas oublier. La culpabilité. Et oui, elle a aussi un rôle à jouer ! C’est pourquoi il est important de venir contrebalancer le phénomène. Notez bien ceci, car cela joue avec nos humeurs…

💡  À découvrir : 5 bienfaits des routines

La procrastination c’est quoi (en vérité) ??

La bienveillance et tutti quanti pour répondre aux émotions

Vous dites-vous : “Haaaaaa ! J’en peux plus, on voit ce mot bienveillance partout !”.

Oui, et bien s’il est partout, surtout dans les thèmes abordant le développement personnel, ce n’est pas pour rien.

Rappelez-vous qu’on s’adresse à notre cerveau reptilien. Lui il s’en moque des préjugés que l’on a.

Il veut du plaisir, de la satisfaction et le moins de pénibilité possible. D’accord ? Donc, si préjugé il y a, mieux vaut s’en défaire dans les plus brefs délais. Merci 🙏.

La procrastination, c’est quoi

Les pistes et solutions à explorer pour lutter contre la procrastination :

  1. Les personnes pardonnant leurs comportements procrastinateurs ont moins tendance à les reproduire
  2. Pouvoir se mettre dans une “humeur de travail”, c’est mettre ses émotions au service de ses objectifs. Pour créer cette humeur, il existe une technique très efficace que vous découvrirez ICI. Quel intérêt ? Cela permet de travailler sur la maîtrise de ses états émotionnels.
  3. Une autre idée avancée pour arrêter de procrastiner est de se fixer ses propres deadlines. De cette manière, les tâches imposées ne se présentent plus comme une intrusion extérieure sur nos émotions, ce qui facilite la mise en action.
  4. Enfin, la dernière technique qui semble passer le test des expériences concerne les associations positives. Comme la procrastination est un rejet de l’impact qu’à une tâche sur notre humeur, il faut réussir à “bluffer” notre cerveau. En associant des signaux positifs à cette tâche, on peut parvenir à se convaincre que cette tâche n’affectera pas notre humeur. 📝 Exemple : à chaque déclaration fiscale à faire = 1 h dans un bon bain et prendre soin de soi.

➡️ Pour aller plus loin : Procrastination, c’est la taille de l’amygdale qui compte

La procrastination c’est quoi (en vérité) ??

Conclusion

La procrastination est un fléau aux conséquences négatives sur notre bien-être et nos performances.

Les études d’aujourd’hui montrent qu’il ne s’agit pas “que” d’un problème de gestion du temps. C’est bien plus compliqué que cela.

Ce sont nos émotions qui nous jouent des tours, car notre cerveau reptilien cherche le moins de pénibilité possible.

J’ai bien conscience que les solutions recommandées ici ne sont pas une baguette magique. Nous ne sommes pas parfaits et nous continuerons certainement à procrastiner (intelligemment ou non) de temps en temps.

Si cela reste rare, je propose de s’accorder un temps de pause. Après tout ce n’est pas le bout du monde et dans ce cas, mieux vaut profiter de ce moment.

Cependant, pour celles et ceux qui se sentent pénalisés par le phénomène il vaut mieux arriver à en comprendre le fonctionnement. L’identification d’un problème est le tout premier pas vers sa résolution. Et si l’on n’y arrive pas seul.e on peut aussi décider de se faire accompagner par un professionnel.

Une fois que l’on maîtrise son état émotionnel, l’utilisation des outils de gestion du temps devient beaucoup plus efficace.

Mylène

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

10 commentaires

  • Emmanuel Jublin

    Hello Mylène, j’adore cette façon de regarder la procrastination. Et surtout le biais que tu choisis avec l’angle des émotions. Je crois que nous pouvons devenir les chefs d’orchestre de nos vies, ou pourrait on dire les DJ de nos vies avec le choix que nous avons des émotions dont nous nourissons notre esprit et notre corps. A bientôt!

  • Nicolas

    Très intéressant ! Je ne savais pas qu’il existait deux types de procrastination ! Par contre je pense sincèrement puisuqe on en est forcément atteint plutôt pensher dans mon cas sur une procrastination chronique. Repousser trop souvent me stresse et je préfère “souffrir une bonne fois” plutôt que de me dire que ça peut passer tout seul… Mais je connais bcp de gens qui souffent à l’inverse de Procrastination énotionnelle du coup ! Merci Mylène

    • Mylène Legrand

      Bonjour Nicolas,
      C’est intéressant d’avoir ton ressenti et de voir ta façon de lutter contre.
      Et oui, comme tu le dis beaucoup de gens souffrent de procrastination émotionnelle et je pense (il aurait été intéressant d’avoir l’avis d’un psychologue) que nous y sommes tous confrontés une fois où l’autre dans nos vies.
      Une fois que l’on connaît cet état je pense qu’il est plus facile de se faire aider, car à mon humble avis (tout dépend bien sûr des conséquences sur sa vie) il doit être difficile de lutter seul(e) contre des “programmations” inconscientes.

      Merci pour ton commentaire.
      Bien à toi.

  • Caroline

    je découvre ces aspects de la procrastination et je refuse l’idée de l’inéluctable 😂
    lorsque je me suprends à procrastiner, je m’interroge toujours sur le pourquoi : qu’est-ce qui m’empêche, qu’est ce qui ne me fait pas envie ? pour remettre du sens à ce que je fais, même pour les tâches ingrates mais obligatoires (genre les tournées de lessive…)
    et puis, j’ai pris l’habitude de me récompenser, de penser à la satisfaction que j’éprouverai lorsque j’aurai accompli ma tâche et mon objectif…
    bon, j’ai d’autres astuces, mais je ne vais tout de même pas écire un article ici 😉

    • Mylène Legrand

      Bonjour Caroline,
      On va créer un groupe pour les gens qui refusent l’inéluctable 😉 ! C’est vrai qu’il n’est pas toujours facile de se surprendre la main dans le sac et se poser des questions peut aider à sortir de cet état.
      Je suis heureuse de voir que tu fais partie de ces personnes qui savent se récompenser ! Perso, ça marche pour les tâches administratives, le meilleur moyen que j’ai trouvé pour ne pas trop procrastiner sur cette tâche !
      Merci pour ton retour d’expérience.
      Bien à toi.

  • carole

    Oh Mylène, si tu savais tout ce que tu apportes avec une facilité apparente (et pourtant je devine tout le travail qu’il y a derrière).
    Merci pour ces éclairages et aussi l’occasion de se réconcilier avec des parties peu avouables de nous-même (en tout cas moi j’ai du mal à l’avouer parfois).
    Grâce à toi j’avance, je réfléchis, je philosophe et tout ça de chez moi !
    Vivement la suite !
    Bises
    Carole

    • Mylène Legrand

      Bonjour Carole,
      Tout d’abord merci pour ton commentaire si chaleureux 🙂.
      Je suis très touchée de voir que mes contenus peuvent t’aider.
      Tu parles de réconciliation (sur les parties peu avouables de nous-mêmes) et c’est exactement ce que je souhaite à chacun. En apprenant à se connaître on apprend aussi à se comprendre et à mon sens c’est la clé pour l’acceptation de soi. Je pense sincèrement que c’est un des ingrédients pour trouver la sérénité.
      Je suis très heureuse de savoir que tu avances en partie grâce à ce blog (et tout ça bien au chaud chez toi 😉) et ton commentaire me booste pour continuer la création de contenus de qualité.

      À très bientôt !
      Bien à toi.

  • Marie

    Je me doutais bien que le fait de procrastiner était lié aux emotions mais là, avec tes explications, c’est confirmé.

  • nico

    c’est très interessant, je ne pensais pas que la procrastination avait un lien avec les émtions, c’est à prendre en compte.

    • Vero

      Je suis complètement du même avis. On s’obstine souvent à essayer de trouver de outils et des solutions miracles avant même de prendre le temps de décortiquer le problème.
      C’est notre perpétuel souci des temps modernes. Ne pas prendre le temps de s’écouter et de se comprendre. La bienveillance envers soi, comme si bien dit dans cet article. Merci pour cette approche émotionnelle de la gestion de la procrastination. Cela aide à se poser de bonnes questions pour bien choisir sa propre solution vers l’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.